Écrivain / Romancier

Mario Hade se tourne vers le roman d’époque – La Voix de L’Est

Auteur du Secret Nelligan et de l’Énigme Borduas, Mario Hade délaisse le polar pour s’aventurer dans le roman d’époque. Le lancement du premier tome de sa nouvelle série Chroniques d’une petite ville sera souligné ce dimanche à 13h30 à la Librairie des Galeries.
Ugo Giguère

© Ugo Giguère – Mario Hade a choisi de camper son histoire dans le Granby de l’après-guerre. Les plus vieux vont sans doute se rappeler de bons souvenirs.

Pour le premier tome, L’arrivée en ville, on se retrouve dans l’après-guerre en 1946. Après un malheur, la famille d’Émile et Lauretta Robichaud prend la décision de quitter la terre familiale pour tenter sa chance en ville.

«Quand l’éditeur m’a proposé ça, j’étais déjà intéressé par le roman d’époque. J’avais déjà tout un canevas de fait. Je me suis inspiré en partie de ma famille, de mes oncles, de mes grands-parents», raconte Mario Hade attablé dans un café de la rue Principale.

Pour lui, pas question d’installer ses personnages ailleurs que dans sa ville natale. «Je parle de ce que je connais! Mes sources sont plus faciles. Mon père est encore vivant, il a 88 ans, alors quand je me pose une question sur comment ça se passait en telle année, il me répond», confie celui qui a déjà terminé le deuxième et entamé le troisième tome.

D’ailleurs, Mario Hade qui a grandi sur la rue Ste-Rose n’a pas cherché plus loin que son propre quartier d’enfance pour installer sa famille fictive. Dans le roman, on croise même des personnages historiques de Granby comme le curé Télesphore Dubuc. Des lieux comme la Miner Rubber et la Thor Mills devraient aussi rappeler des souvenirs aux lecteurs plus âgés.

Mario Hade devrait faire la tournée des Salons du livre cet automne pour la maison d’édition Les éditeurs réunis. Ceux qui auront apprécié le premier tome des Chroniques d’une petite ville n’auront pas à patienter trop longtemps pour lire la suite. Le deuxième volet devrait être publié vers la fin de l’automne, juste à temps pour être emballés et déposés sous le sapin.

 

Publié dans La Voix de l’Est, le 14 août 2013

Pour voir l’article original, cliquez ici.

%d blogueurs aiment cette page :