Écrivain / Romancier

Il ne faut pas de tout pour faire un monde, il faut du bonheur (Paul Éluard)

Quand vous vous laissez envahir par le bonheur, vous ressentez une sensation de bien-être incommensurable

jeune clown tristeSi on pouvait retenir ce bref instant de plénitude, ce serait le bonheur parfait. Malheureusement, parfois la vie nous entraîne loin de cet instant magique parce que…

Pourquoi au fait?

Parce qu’il faut gagner sa vie, parce qu’il y a les enfants à élever, à nourrir, à consoler, à éduquer. Parce que la vie de couple, ce n’est pas toujours facile, parce qu’on a été trop souvent écorché par la vie.

La maladie, la séparation, la perte d’un être cher, la solitude ou tout simplement le chagrin sont des situations qui nous éloignent du bonheur momentanément. Comment faire pour retrouver cette plénitude quand le cœur n’y est pas? Je crois qu’il faut sérieusement étudier la question de ce qui nous empêche d’atteindre notre but qui est la recherche du bonheur. Il faut la décortiquer, la mettre à nue sans fausse pudeur ni mensonge. À quoi ça sert de se mentir à soi-même ou de s’étourdir pour ne rien voir ? Les gens traînent de vieilles blessures et j’en fais partie. C’est un peu comme si elle devenait une source de réconfort pour ne plus agir, pour ne plus se compromettre.

Einstein grimaceCertains ont le bonheur facile parce qu’ils oublient rapidement, parce qu’ils pardonnent facilement, parce qu’ils n’ont pas de temps à perdre avec le regret et leur vie continue à la poursuite du bonheur. J’ai rencontré récemment une telle personne qui a probablement elle aussi son lot de cicatrices, certaines encore fraîches. J’ai de l’admiration pour elle et j’ai appris grâce à elle à faire un peu plus confiance à la vie. Quand elle vit une situation qui lui semble momentanément insoluble, elle a cette expression qui dit essentiellement ceci : Quand je ne comprends pas quelque chose, je lance cette idée dans le cosmos et j’attends de voir ce qui va retomber, ce qui va en ressortir. Elle cogite subconsciemment et poursuit sa quête du bonheur. J’ai trouvé ça génial car souvent, ce n’est que ça qui nous empêche d’être heureux.

C’est le souvenir des anciennes blessures et de les revivre qui nous empêche de connaître à nouveau le bonheur

2 saute couche soleilC’est à ce moment-là que je me suis rappelé les moments heureux que j’avais eus tout au long de ma vie et que j’ai recommencé à être plus heureux. Chaque fois que je ressentais le regret, l’angoisse ou le chagrin, je ressortais ma collection de souvenirs heureux comme un exercice pour chasser ce nuage obscur qui m’empêchait d’avancer et je suis redevenu une tête heureuse sans le sens péjoratif associé à cette expression. Je crois qu’il faut s’entraîner au bonheur en faisant des exercices quotidiens très simples.

Sourire est un très bon exercice

smileyEssayez d’avoir une pensée négative tout en souriant. C’est totalement incompatible ! Le rire est aussi un excellent remède ou plutôt une vitamine naturelle. Être mort de rire est une perversion car il est impossible de mourir en riant, au contraire. Rire jusqu’à ce que ça fasse mal, se tenir les côtes, chercher son souffle, c’est l’équivalent d’un bon massage pour les organes internes. Et essayez d’être malheureux par la suite…

Il est prouvé que l’humour pourrait réduire les sensations de douleur, booster le système immunitaire, améliorer les fonctions cognitives, chasser le stress… Elle permettrait la libération de dopamine, un neurotransmetteur primordial dans les sensations de plaisir. Vous avez déjà trois bons outils à la portée de la main et plus on s’entraîne, meilleur on devient. Si l’exercice physique est à votre portée, même si vous êtes incapacités, il y a toujours la physiothérapie qui devient un bon outil pour poursuivre sa quête du bonheur.

Chaque petite victoire est un pas vers le bonheur. Ne vous laissez pas abattre, le bonheur est à la portée de la main… Retenez ceci : Souvenirs heureux, sourire, rire, humour, exercice et victoire sont les clés du bonheur. La pratique nous rend meilleurs, c’est prouvé.

Mario Hade

Cet article a été publié sur le blogue I Think of You 
1 commentaire
  1. wow,j’adore, vous êtes le seul maître de votre bonheur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :